« C’est clair. Je suis un garçon et je ne suis attiré que par des garçons », « je suis une fille et je ne désire que des filles » ou « je suis attiré-e par les filles et les garçons ». Pas toujours évident de l’accepter. Certain-e-s ne veulent pas l’admettre. Ils/elles ont des relations avec l’autre sexe pour se prouver qu’ils/elles ne sont pas homos ou bi . Jusqu’au jour où ils/elles ne veulent plus aller contre eux/elles-mêmes. Veulent vivre librement leurs amours, leur sexualité. Accepter son désir, son orientation, c’est déjà un pas immense.

Faire son coming out…

toi_autres_orientation

Reste à le faire savoir aux autres. Famille, amis. À le faire accepter aussi. Ça s’appelle faire son coming out. Traduction de l’anglais : « sortir de ». Mais d’où ? Sous-entendu « du placard », dans lequel on aurait planqué son homosexualité.
En réalité, on fait plusieurs comings out au cours de sa vie. Selon qu’on s’adresse à sa famille, à ses amis ou à ses connaissances, la forme et le moment seront différents. Certaines personnes font leur coming out seulement auprès de leurs proches ; d’autres, au contraire, n’en parlent pas à leur famille mais uniquement à leurs amis. Rares sont les personnes qui disent et affirment, en toute circonstance, qu’elles sont homosexuelles. Certain-e-s vont estimer que cela relève de l’intime et que leur entourage n’a pas à en être informé. D’autres revendiqueront, à l’inverse, de pouvoir afficher publiquement leur relation amoureuse comme les hétéros . C’est à chacun-e de savoir à qui et comment il/elle souhaite en parler.
C’est peut-être auprès d’autres homos qu’il sera le plus facile de faire ce coming out : il peut marquer l’entrée dans une forme de communauté.

… seulement si on le veut

Le coming out n’est pas une obligation. On ne le fait que si on le veut. Pour certain-e-s, c’est une nécessité. Pour d’autres pas. À chacun-e de décider à qui le dire ou pas. Et quand le dire. C’est très personnel. Son orientation, sa sexualité, c’est ce qu’il y a de plus intime. Surtout ne pas se mettre la pression. Ça doit être un acte de liberté.

 

Article mis à jour le : 04/2016

Envoyer Imprimer

Laisse ton commentaire

1 commentaire

25/06/2020 16:47

Cha

Je ne sais pas vraiment comment annoncer à mes proches que j'aime aussi les filles, et j'ai moi-même beaucoup de mal à l'accepter, car j'ai peur des immenses changements que cela impliquerait si je le disais. Mais vivre en le gardant pour moi est de plus en plus difficile. Dans l'article, vous expliquez qu'il est parfois plus facile de faire son coming-out en en parlant d'abord avec d'autres personnes homosexuelles... Existe-t-il des groupes de discussion où l'on peut se rendre, des associations ?
Merci pour vos conseils !

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Bonjour,
La ligne azur est faite pour ça ;)
Tu peux l’appeler au 0 810 20 30 40, 7 j/7 de 8 h à 23 h. ou aller sur le site de l’association http://www.ligneazur.org/

Écrire un commentaire