L’orientation affective et sexuelle, c’est le désir affectif et sexuel, l’attirance pour des personnes du même sexe que soi (homosexualité ), du sexe opposé  (hétérosexualité ) ou pour les deux sexes (bisexualité ). Pour certain-e-s, cette préférence est tout de suite très affirmée. Elle s’impose comme une évidence. Pour d’autres, elle est moins immédiate, plus changeante.

Les questionnements de l’adolescence

On se connaît depuis la maternelle, on a toujours été ami-e-s. Tout d’un coup, on est attiré-e-s l’un-e par l’autre. Il nous est même arrivé de nous embrasser, de nous caresser. Est-ce que ça veut dire qu’on est homosexuel-le -s ? Peut-être. Peut-être pas.
À l’adolescence, notre vie affective et sexuelle subit de profonds bouleversements. C’est une période d’évolution très intense, où l’on ne comprend pas forcement toujours et très bien ce qui se passe en nous. Une attirance soudaine pour quelqu’un du même sexe, c’est peut-être une « étape » de cette évolution. Elle peut correspondre à une réelle préférence homosexuelle, à une orientation affective et sexuelle. Ou au contraire, c’est une attirance temporaire, et on passe à autre chose. 

Nos préférences peuvent évoluer

On ne se déclare pas un beau matin homosexuel-le ou hétérosexuel-le. Ce n’est pas un choix qu’on fait. Cette orientation se construit en nous, sans que nous en ayons forcément conscience. Elle finit par s’imposer à nous. Alors, pas de culpabilité. Et puis, une orientation affective et sexuelle, ça peut évoluer. On n’est pas enfermé-e-s toute sa vie dans une case « homo  », « hétéro  » ou « bi  ». Il arrive que des personnes hétéros, mariées, qui ont des enfants, changent d’orientation sexuelle , à 40 ou 50 ans. Et vice versa.

Suis-je normal- e ?

Beaucoup de personnes qui sentent en elles une attirance pour le même sexe ou pour les deux sexes à la fois se posent la question : est-ce que je suis normal-e ?
On est élevé dans une société où quand on parle ou qu’on montre un couple, il s’agit d’un couple hétérosexuel. Du coup, la publicité, les films, nos repères familiaux et historiques, nous donnent l’impression qu’être normal-e, c’est forcement être hétéro. D’ailleurs, on part toujours du principe que les autres sont hétéros : quand Tata Martine te demande si t’as un copain ou une copine, c’est toujours à quelqu’un de l’autre sexe qu’elle pense !

Alors quand on est homosexuel-le ou bisexuel-le, et qu’on ne rentre pas dans la case, on peut se sentir en décalage et en souffrir.
Il existe des lieux d’écoute où on peut en parler comme la Ligne Azur, par exemple qui permet de bénéficier d’une aide à distance anonyme et gratuite. Tu peux l’appeler au 0 810 20 30 40, 7 j/7 de 8 h à 23 h. ou aller sur le site de l’association.

Article mis à jour le : 04/2016

Envoyer Imprimer

Laisse ton commentaire

54 commentaires

20/06/2018 21:51

Cloni

Je suis vraiment dans la même situation que toi, est j'aimerait savoir si tu a eu une réponse qui pourrait m'aider

Répondre Écrire un commentaire

03/06/2018 08:43

justine

ps:mes amies ca ne leur gene pas du tout et elle me soutienne mais certaines personnes limite sont contre

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

À chacun-e de décider à qui le dire ou pas. Et quand le dire. C’est très personnel. Son orientation, sa sexualité, c’est ce qu’il y a de plus intime. Surtout ne pas se mettre la pression. Ça doit être un acte de liberté. Certaines personnes font leur coming out seulement auprès de leurs proches ; d’autres, au contraire, n’en parlent pas à leur famille mais uniquement à leurs amis. Rares sont les personnes qui disent et affirment, en toute circonstance, qu’elles sont homosexuelles. Certain-e-s vont estimer que cela relève de l’intime et que leur entourage n’a pas à en être informé. D’autres revendiqueront, à l’inverse, de pouvoir afficher publiquement leur relation amoureuse comme les hétéros . C’est à chacun-e de savoir à qui et comment il/elle souhaite en parler.
C’est peut-être auprès d’autres homos qu’il te sera le plus facile de faire ce coming out : il peut marquer l’entrée dans une forme de communauté.
Si tu veux en parler, appelle la Ligne Azur au 0 810 20 30 40, 7 j/7 de 8 h à 23 h (http://www.ligneazur.org/).

Écrire un commentaire

03/06/2018 08:23

justine

j ai bientot 15 ans et depuis un certain temps je suis lesbienne mais je ne l assume pas et je suis tres génee avec mes amis .
Je ne sais plus quoi faire

Répondre Écrire un commentaire

02/05/2018 16:30

Envy

Oui c'est vrai et c'est dommage, je connais des gens qui le sont et qui se trouvent bien trop souvent gênés par tout cela et c'est vraiment regrettable que personne ne fasse d'efforts à leur égard ou encore prennent le temps de véritablement considérer cette catégorie

Répondre Écrire un commentaire

13/04/2018 12:11

hugo

j ai 15 ans je suis attiré par mon père.. je fais des reves erotiques sur lui et moi et ca m'est deja arrivé de faire une betise uniquement pour qu il me punisse et me frappe. je suis tres serieux et je me sens mal dans ma peau.. que dois je faire ? je ne sais pas a qui le dire et comment lui annoncer ..?

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

@ johan : Il ne s'agit pas que d'un fantasme. Quand on souffre et que l'on se met en danger, il faut se faire aider.

Écrire un commentaire

johan

Ne lui dit rien sa pourrait instaurer une gène est sa pourrait aussi abimer vos lien.Je pense que c'est arriver a d'autre de fantasmer sur l'un de ces parents.

Écrire un commentaire

Nicolas d'

Bonsoir,
Il faut que tu en discutes avec des personnes de confiance qui pourront t'éclairer sur ses sentiments et ce désir, avant de lui en parler. Appelle le Fil santé jeunes au 0800 235 236, c'est anonyme et gratuit pour les 12-25 ans (de 9h à 23h).
S'il t'a fait des choses que tu ne voulais pas qu'il te fasse, appelle le 119.

Écrire un commentaire

13/03/2018 21:40

constentin

bonjour je mapelle constentin j'ai 12 ans et je pense etre bi mais jai une preference pour les garçon car je les trouve plus atirans mais juste quelque de mes amies le savent et dans le future j'aimerais l'aprendre a ma famille comment faire sil vous plais

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Tu en parles si tu en as envie. Ne te force à rien. Pour certain-e-s, c’est une nécessité. Pour d’autres pas. À chacun-e de décider à qui le dire ou pas. Et quand le dire. C’est très personnel. Son orientation, sa sexualité, c’est ce qu’il y a de plus intime. Surtout ne pas se mettre la pression. Ça doit être un acte de liberté.
Si tu veux partager cette part intime de toi avec ta famille, commence peut-être par le faire avec les personnes de confiance, les plus proches. N'hésite pas à en discuter avant avec l'équipe de la Ligne Azur. C'est anonyme et gratuit. Renseigne-toi sur https://www.ligneazur.org/contact/

Écrire un commentaire