VIH et IST

Infections sexuellement transmissibles (IST). Leur nom dit tout. Surtout qu’il faut s’en protéger. Ce sont des virus, bactéries, champignons, parasites… Souvent, on ne les sent pas. Il n’y a pas de signes, mais ça ne les empêche pas de faire des dégâts. Parfois il y a des symptômes : démangeaisons, brûlures, chancres, verrues, pertes malodorantes et autres « joyeusetés » de ce type. Même en l’absence de symptôme, l’infection fait son sale boulot, silencieusement, et entraîne des complications ! Bon, détends-toi. La plupart se soignent. Mieux, on peut s’en prémunir.

Quelques IST et leurs ravages

Examinons de plus près ces IST. Le VIH/sida et l’hépatite B en font partie. Çela peut donc être très grave. Heureusement, toutes les IST ne sont pas aussi dangereuses mais toutes sont très pénibles à vivre. Citons les principales, leurs modes de transmission et les dégâts qu’elles causent.

Les chlamydiae sont les premières IST chez les jeunes. Leurs symptômes : brûlures, écoulements par le vagin, douleurs lors des rapports sexuels, maux de ventre, fièvre. La chlamydia peut la jouer « ni vu ni connu ». Zéro symptôme. Pendant quelques semaines, quelques mois, ou plus. On ne sait pas qu’on l’a. Donc on ne se soigne pas. Et elle peut boucher les trompes et finir par rendre stérile. C’est d’ailleurs la première cause de stérilité tubaire, en France. Le plus important, c’est de se faire dépister pour savoir si on est infecté, car cette IST se soigne facilement. Le dépistage est d’ailleurs très simple : c’est un prélèvement effectué lors de l’examen gynécologique ou, encore mieux d’un simple examen des urines. Le traitement est aussi très simple : au maximum une semaine d’antibiotiques.

 
Et puis il y a les papillomavirus, surtout connus à cause du vaccin. Il y en a plein mais tous ne sont pas méchants. Lorsqu’il y a des symptômes, ce sont souvent des petites verrues sur les organes génitaux. Et des démangeaisons insupportables ! Ça se soigne très bien, mais faut rapidement voir le toubib! Certains papillomavirus peuvent, des années plus tard, être à l’origine d’un cancer du col de l’utérus. On les dépiste grâce au frottis qu’il faut faire à partir de 25 ans tous les 3 ans. Il existe maintenant un vaccin recommandé chez les jeunes filles de 14 ans, chez celles entre 15 et 23 ans n'ayant pas eu de rapports sexuels ou, au plus tard, dans l'année suivant le premier rapport sexuel. Parles-en à un professionnel de santé.

L’herpès génital est hyper contagieux. Il se manifeste par de petits boutons douloureux, qui poussent sur dans les organes génitaux, l’anus, la bouche et parfois sur les yeux… S’abstenir de faire l’amour pendant les crises ! Ne pas hésiter à aller voir un médecin dès l’apparition des symptômes pour avoir un traitement.

 
L’hépatite B, se transmet principalement lors de rapports sexuels, mais aussi par le sang et la salive. Elle est 100 fois plus contagieuse que le VIH/sida. Cette IST atteint le foie et provoque des cirrhoses et des cancers. Il existe un vaccin. Tu peux en parler à ton médecin.

Le VIH/sida, c’est l’IST la plus connue. Mais grâce aux traitements actuels, le VIH/sida est moins répandu et moins contagieux que les autres IST. Il se transmet notamment lors de rapports sexuels, par le sang, le sperme ou les sécrétions vaginales. En revanche, on n’en guérit pas, et les traitements doivent être pris à vie. Pour bénéficier des traitements, il faut se faire dépister.

Et puis, il y a les trichomonas, des parasites très répandus, qui ne font pas vraiment de bien, et les mycoses, des champignons champions de la grattouille, non classés parmi les IST mais qui peuvent avoir un impact sur ta vie sexuelle et ton confort.
Tu veux en savoir plus sur les autres IST ? Clique ici.

Se protéger en 2 temps

Il existe une trentaine d’IST. Certaines se manifestent très vite, d’autres ne provoquent aucun symptôme au début. C’est pour cela que toi ou ton/ta partenaire, vous pouvez être contagieux sans le savoir.
Pour pouvoir faire l’amour, sans les galères de ces satanées IST, deux choses à faire :
- Mettre des préservatifs, préservatifs masculins ou féminins, car c’est le seul moyen de protection disponible.
- Se faire dépister car certaines IST peuvent se transmettre malgré l’usage du préservatif et toutes ne donnent pas de signes pour prévenir qu’on est contagieux-se. Et si on est atteint-e, surtout prévenir le/la/les partenaire-s afin qu’ils se fassent dépister et soigner !

 

Article mis à jour le : 04/12/2012

Envoyer Imprimer

Laisse ton commentaire

34 commentaires

Nicolas d'OnSexprime.fr

@ Françoise : Les infections sexuellement transmissibles qui peuvent se dépister par une prise de sang sont l’infection par le VIH, l’hépatite B et éventuellement la syphilis. Pour discuter en détail du dépistage que vous avez fait, nous vous conseillons d'appeler Sida Info Service (spécialiste des dépistages et des IST) au 0 800 840 800. C'est anonyme, confidentiel et gratuit à partir d’un poste fixe (24/7).

Françoise

Mon ex-partenaire m'a appelé pour me dire qu'il a la gonorrhée. Je me suis fait des test aujourd'hui pour les IST en général au cas où mais ils ne m'ont prélevé que du sang. J'arrête pas de voir sur internet que pour le dépistage de gonorrhée et chlamydia il faut au moins que ce soit de l'urine ou un frottis mais pas du sang. Est-ce qu'ils auraient oublié? Est-ce que je risque d'avoir de faux négatifs?

Nicolas d'OnSexprime.fr

@ Cécilia : cela peut être dû aux pertes vaginales. Elles sont nécessaires, elles empêchent le vagin de se dessécher. Mais si elles deviennent TRÈS odorantes et provoquent des démangeaisons, c’est un signe d’infection. Il faut absolument consulter un médecin.

Cécilia

est-ce que c'est normal si des fois je trouve que ça sent mauvais au niveau de mes lèvres ? Je me lave bien et je frotte bien, j'ai toujours des rapports protégés avec mon copain alors des fois je me pose des questions!

Nicolas d'OnSexprime.fr

@ mimi : impossible à déterminer sans connaître les détails de l'IST et du traitement (et on ne veut pas que tu les publies ici ces détails ;) Je t'invite à appeler le Fil santé jeunes au 0 800 235 236 pour en discuter dès maintenant en détails ou attendre de voir ton médecin.

mimi

même si avant j'ai été sous traitement ?

Laisse ton commentaire
Ce contenu est privé et ne sera pas affiché sur le site
Recopiez les caractères ci-contre

Les messages injurieux, agressifs, les critiques gratuites et non argumentées et les attaques personnelles seront supprimés et les auteurs seront bloqués.

Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à recueillir les données personnelles des personnes souhaitant faire des commentaires sur certains articles du site Onsexprime, afin de les contacter le cas échéant pour modérer leur commentaire ou leur apporter une réponse. Le destinataire des données est Michel PETEL. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au community manager de l'INPES: community-manager@onsexprime.fr. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Tous les champs précédés d'une * sont obligatoires