Le viol

Zahia

Zahia 12 ans

Comment on sait si c'est un viol ?

Le viol est un acte sexuel, commis sans le consentement de la victime (avec contrainte physique ou psychologique, menace, violence ou surprise). Le viol concerne des femmes, mais aussi des hommes, des enfants et des adolescent-e-s. Il se caractérise par une pénétration (vaginale, anale ou buccale) par le sexe, un doigt ou un objet. Une fellation forcée est aussi un viol.

Zahia

Sébastien 13 ans

Que fait la loi contre le viol ?

Le viol est un crime, passible de 15 ans de prison, peine qui peut être allongée en fonction de circonstances aggravantes. Tu peux porter plainte jusqu’à 20 ans après l’agression. Si tu avais moins de 18 ans au moment de l’agression, le point de départ de ce délai est fixé au jour de ton 18ème anniversaire.

Zahia

Coralie 17 ans

Après un viol, on fait quoi ?

Il est souvent difficile pour les victimes d’en parler. D’autant que les coupables sont souvent des personnes de leur entourage, des proches.
Quelles que soient les circonstances de l’agression, tu n’es pas responsable. Rien ne justifie un viol. Autant que possible, ne reste pas seul-e, ne garde pas le silence. Silence et secret ne profitent qu’aux agresseurs.
Si tu n'arrives pas à parler, tu peux écrire, ou t’exprimer par le moyen qui te convient. Tu crains peut-être les réactions de ton entourage. Tu as peut-être peur qu'on ne te croit pas. N'hésite pas à faire appel à une personne en laquelle tu as confiance. Même si tu ne peux pas tout lui dire en une seule fois, essaie de lui faire le récit de ce qui t’es arrivé.
Après un viol, qu'il soit récent ou ancien, tu as besoin de soutien pour surmonter ce traumatisme. Tu as également besoin que l'agresseur réponde de ses actes devant la justice.

Zahia

Djibril 14 ans

Y a-t-il des gens à qui parler ?

Il est très important de ne pas garder pour soi un tel traumatisme, de se faire aider par une association, un médecin ou un psychologue, d’en parler à quelqu’un de confiance. Dans la plupart des commissariats, il existe un accueil spécifique des victimes de viol. Tu peux demander à les rencontrer en arrivant.

POUR AGIR ET EN PARLER, VOICI CE QUE TU PEUX FAIRE

Téléphonez au 17 pour prévenir la police ou la gendarmerie qui mènera l'enquête.


Consultez un médecin, celui que vous voyez habituellement ou un autre. La police ou la gendarmerie pourra te conduire à l'hôpital et éventuellement aux urgences médico-judiciaires (UMJ) ou au pôle de référence régional d'accueil et de prise en charge des victimes de violences sexuelles, s'il en existe dans ton département ou ta région.


Dans la mesure du possible, ne te lave pas et conserve vêtements ou linges souillés qui pourront servir de preuves et faire avancer l’enquête.


Adressez-vous à une association spécialisée même si du temps a passé depuis l'agression. Elle pourra t’indiquer les démarches à suivre, au niveau médical, psychologique et judiciaire.


ASSOCIATIONS SPéCIALISéES

Violences Femmes Info
3919 (appel anonyme et gratuit), accessible en métropole et dans les DOM, du lundi au vendredi de 9h à 22h et les samedis, dimanches et jours fériés de 9h à 18h
stop-violences-femmes.gouv.fr


SOS Viols Femmes Informations
0 800 05 95 95 (appel anonyme et gratuit), accessible en métropole et dans les DOM, du lundi au vendredi de 10h à 19h
cfcv.asso.fr


A noter : il ne s’agit pas de numéros d’urgence. En cas d’urgence, appelez la police ou la gendarmerie, en composant le 17 ou le 112 d’un portable (appel gratuit).

16.04.2018 - Textes relus par le Bureau de la Politique Pénale Générale / Direction des Affaires Criminelles et des Grâces du ministère de la Justice.