Le porno, le porno… On nous rebat les oreilles avec le porno. Mais pourquoi,  au juste ? Quel est le problème avec les films X ? La consommation de pornographie est très élevée dans la population, chez les ados comme chez les adultes, chez les garçons comme chez les filles. Est-ce si grave ? Pas vraiment. Ce sont des films que l’on regarde car ils déclenchent une excitation. Et ils sont très efficaces dans ce domaine, d’ailleurs !
Cela dit, on peut s’interroger sur l’image de la sexualité qu’ils diffusent.

La fabrique de l’excitation

toi_autres_porno_modele

Précisons d’emblée qu’il existe une diversité impressionnante dans la pornographie, et que les généralisations sont du coup un peu difficiles. Le monde du porno est une industrie cinématographique qui produit de manière industrielle des contenus sexuels. Le but de ces produits est de susciter l’excitation chez le spectateur.
Qui dit produit, dit marché. La production s’adapte aux fantasmes des acheteurs. Dans le porno, on trouve ainsi des produits de « grande consommation », très standardisés : le bon vieux porno hétéro (« Bonjour, c’est le plombier ! »). Et des produits de niche, avec des pratiques très spécifiques, parfois très hard : SM, bondage (pratique qui consiste à attacher ou être attaché-e par son/sa partenaire), partouze, etc.

Des pratiques parfois choquantes

Les pratiques dans le porno sont parfois sensationnelles car elles correspondent aux attentes des spectateurs en recherche de sensations.
La violence est érotisée. Les rapports entre partenaires sont réduits au strict échange de fluides corporels. Pas d’émotion, pas de séduction. Chacun son rôle bien défini : les hommes sont des marteaux-piqueurs sexuels, et les femmes des objets passifs, toujours disponibles et bien disposées à l’idée d’un rapport sexuel. Dominant, dominé.
Et puis il y a les pratiques extrêmes, dans le porno hétéro ou gay. Des pratiques qui ont des incidences sur le corps : comme le SM, ou le « fist » (pénétration vaginale ou anale avec la main entière, parfois au-delà du poignet, mais aussi de gadgets et ustensiles), par exemple.
Pour les spectateurs qui ne sont pas préparés à recevoir ces images, cela peut être choquant. Notamment quand on est très jeune. Il ne faut pas oublier que le fait de montrer à quelqu’un des images ou des films pornographiques sans son consentement est considéré comme du harcèlement sexuel.

De l’image, toujours de l’image

Le porno, c’est de l’image et du son. Et donc, dans un sens, contrairement au rapport sexuel dans la vraie vie, il manque le meilleur, toutes les manifestations du plaisir qui ne passent pas par la vue et l’ouïe. Il faut donc matérialiser ce plaisir dans la mise en scène.
Comment ? On demande aux acteurs (surtout à madame) de crier « Oh oui, oh oui ! » pour que le spectateur comprenne que c’est bon !
Tu t’es déjà demandé pourquoi les acteurs éjaculent toujours à l’extérieur ? Même explication : il faut montrer l’orgasme ! Rien de tel qu’une bonne giclée de sperme pour clarifier les choses.

Droit au but

Parce que les films pornos sont faits pour générer de l’excitation de manière efficace, de nombreuses choses dont on doit se préoccuper dans un vrai rapport sexuel passent à la trappe.
Les préparatifs de toutes sortes. Prenons l’exemple de la sodomie, par exemple. La préparation de l’anus n’est pas très intéressante pour l’image. Elle se passe donc entre les prises. Et à l’image, on ne voit que des orifices déjà dilatés, prêts pour la pénétration.
Et la protection ? Idem. On ne voit jamais les acteurs ouvrir le tiroir de la commode pour prendre un préservatif, ouvrir l’emballage et enfin l’enfiler. Il apparaît magiquement (quand il y en a un).

Prise de risque

Fellation sans préservatif. Éjaculation sur le visage. Cunnilingus sans protection… Ce sont de pratiques à risque courantes dans le porno.
Parfois, le mec a un préservatif. Il a un rapport anal. Puis, une fellation ou une pénétration vaginale. Sans changer de préservatif ! Les germes passent de l’anus à la bouche ou au vagin.
Et quand ils se la jouent à plusieurs. Pareil. De l’anus de l’un-e au vagin ou à la bouche de l’autre.
Alors petit rappel : un préservatif, masculin ou féminin, ça ne sert qu’une fois. Après, poubelle. On ne passe pas de l’anus au vagin ou à la bouche avec le même préservatif. Sinon les germes passent avec. Pas de fellation sans préservatif. Pas de cunnilingus sans protection (un morceau de préservatif entre sa bouche et le sexe de la fille).

Article mis à jour le : 08/2020

Envoyer Imprimer

Laisse ton commentaire

9 commentaires

09/10/2020 17:19

Ok

Bonjour. Ma question va vous sembler bizzare et je crois que vous ne pourrez pas y répondre mais il fallait que je la pose . Regarder du porno est ce un pêcher ?

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Le porno, le porno… On nous rebat les oreilles avec le porno. Mais pourquoi, au juste ? Quel est le problème avec les films X ? La consommation de pornographie est très élevée dans la population, chez les ados comme chez les adultes, chez les garçons comme chez les filles. Est-ce si grave ? Pas vraiment. Ce sont des films que l’on regarde car ils déclenchent une excitation. Et ils sont très efficaces dans ce domaine, d’ailleurs !
Cela dit, on peut s’interroger sur l’image de la sexualité qu’ils diffusent.
Tu trouveras plus d'informations sur https://www.onsexprime.fr/Sexe-egalite/Les-modeles-qu-on-nous-montre/Le-porno-quel-modele

Écrire un commentaire

04/06/2020 11:26

aaa

Mais est ce mauvais de regarder cela ?

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Non ;)

Écrire un commentaire

03/06/2020 14:15

aaaa

Je regarde du porno mais je n'arrive plus à m'arrêter
Help !!!!!!

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Si tu t’inquiètes par rapport à ta consommation de porno, tu peux par exemple te questionner avant de regarder une vidéo : est-ce que tu y vas parce que tu t’ennuies ? parce que tu ne sais plus quoi faire ? Le porno amène souvent à la masturbation et à la jouissance, c’est donc une source de plaisir et de satisfaction, mais est-ce la seule pour toi ?

La pornographie et encore plus l’addiction au porno est encore un sujet tabou. Parce qu’il renvoie à quelque chose d’intime, de personnel ça peut être compliqué d’en parler. Si tu ne te sens pas à l’aise de le dire à tes parents, ça peut être un autre adulte par exemple l’infirmière ou le psychologue de ton établissement. Tu peux aussi appeler le Fil santé jeunes gratuitement au 0800 235 236 ou leur écrire https://www.filsantejeunes.com/addiction-au-porno-20922.

Écrire un commentaire

31/03/2019 15:56

anonymee

donc à on nous le droit en étant adolescents de regarder ça ?

Répondre Écrire un commentaire

garulf0

Je rappelle que la pornographie est INTERDITE aux mineurs de moins de 18 ans.

En France, l'article 227-24 du Code pénal édicte que « le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support un message à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine, soit de faire commerce d'un tel message, est puni de trois ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende (375 000 euros pour les personnes morales) LORSQUE CE MESSAGE EST SUSCEPTIBLE D'ETRE VU PAR DES MINEURS. »

Écrire un commentaire

Nicolas d'

La loi ne te l'interdit pas mais tes parents s'y opposeraient peut-être.

Écrire un commentaire

08/04/2013 09:56

ptibambi

voir le film

Répondre Écrire un commentaire

22/12/2012 11:28

Nicolas d'

@ Nels : au sujet de la protection lors d'un cunnilingus, je vous invite à lire ces recommandations http://www.sida-info-service.org/?Est-ce-que-je-peux-etre-contamine et à visiter ce site spécialisé http://www.lepreservatif-feminin.fr/

Répondre Écrire un commentaire