L’orientation affective et sexuelle, c’est le désir affectif et sexuel, l’attirance pour des personnes du même sexe que soi (homosexualité ), du sexe opposé  (hétérosexualité ) ou pour les deux sexes (bisexualité ). Pour certain-e-s, cette préférence est tout de suite très affirmée. Elle s’impose comme une évidence. Pour d’autres, elle est moins immédiate, plus changeante.

Les questionnements de l’adolescence

On se connaît depuis la maternelle, on a toujours été ami-e-s. Tout d’un coup, on est attiré-e-s l’un-e par l’autre. Il nous est même arrivé de nous embrasser, de nous caresser. Est-ce que ça veut dire qu’on est homosexuel-le -s ? Peut-être. Peut-être pas.
À l’adolescence, notre vie affective et sexuelle subit de profonds bouleversements. C’est une période d’évolution très intense, où l’on ne comprend pas forcement toujours et très bien ce qui se passe en nous. Une attirance soudaine pour quelqu’un du même sexe, c’est peut-être une « étape » de cette évolution. Elle peut correspondre à une réelle préférence homosexuelle, à une orientation affective et sexuelle. Ou au contraire, c’est une attirance temporaire, et on passe à autre chose. 

Nos préférences peuvent évoluer

On ne se déclare pas un beau matin homosexuel-le ou hétérosexuel-le. Ce n’est pas un choix qu’on fait. Cette orientation se construit en nous, sans que nous en ayons forcément conscience. Elle finit par s’imposer à nous. Alors, pas de culpabilité. Et puis, une orientation affective et sexuelle, ça peut évoluer. On n’est pas enfermé-e-s toute sa vie dans une case « homo  », « hétéro  » ou « bi  ». Il arrive que des personnes hétéros, mariées, qui ont des enfants, changent d’orientation sexuelle , à 40 ou 50 ans. Et vice versa.

Suis-je normal- e ?

Beaucoup de personnes qui sentent en elles une attirance pour le même sexe ou pour les deux sexes à la fois se posent la question : est-ce que je suis normal-e ?
On est élevé dans une société où quand on parle ou qu’on montre un couple, il s’agit d’un couple hétérosexuel. Du coup, la publicité, les films, nos repères familiaux et historiques, nous donnent l’impression qu’être normal-e, c’est forcement être hétéro. D’ailleurs, on part toujours du principe que les autres sont hétéros : quand Tata Martine te demande si t’as un copain ou une copine, c’est toujours à quelqu’un de l’autre sexe qu’elle pense !

Alors quand on est homosexuel-le ou bisexuel-le, et qu’on ne rentre pas dans la case, on peut se sentir en décalage et en souffrir.
Il existe des lieux d’écoute où on peut en parler comme la Ligne Azur, par exemple qui permet de bénéficier d’une aide à distance anonyme et gratuite. Tu peux l’appeler au 0 810 20 30 40, 7 j/7 de 8 h à 23 h. ou aller sur le site de l’association.

Article mis à jour le : 04/2016

Envoyer Imprimer

Laisse ton commentaire

62 commentaires

30/08/2018 10:51

Anonyme

Merci beaucoup !

Répondre Écrire un commentaire

26/08/2018 14:35

Anonyme

Voilà depuis quelques temps je me suis rendu qu'on que j'étais beaucoup attirer par les garçons et donc je ne sais pas trop comment en Parler car mes parents son homophobe ;_;

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Ce n’est pas une obligation d'en parler. On ne le fait que si on le veut. Pour certain-e-s, c’est une nécessité. Pour d’autres pas. À chacun-e de décider à qui le dire ou pas. Et quand le dire. C’est très personnel. Son orientation, sa sexualité, c’est ce qu’il y a de plus intime. Surtout ne pas se mettre la pression. Ça doit être un acte de liberté.
Tu peux d'abord en discuter avec l'équipe de la Ligne Azur. Appelle-la gratuitement au 0 810 20 30 40, 7 j/7 de 8 h à 23 h ou consulte sur le site de l’association http://www.ligneazur.org/

Écrire un commentaire

23/08/2018 19:32

PasDePseudo

Merci pour tes conseils, je n'ai jamais parlé à personne de cette histoire et de mes problèmes, je vais essayer de le faire lorsque je me sentirai prête.

Répondre Écrire un commentaire

23/08/2018 02:07

PasDePseudo

Lorsque les autres filles de mon collège parlaient d'amour ou me demandaient si j'étais amoureuse, cela visaient toujours les garçons. Et à chaque fois, ça ne ratait pas, je me sentais hyper mal à l'aise. Une fois, elle m'on demandé quel était le mec le plus beau du collège pour moi, et j'ai pensé à un nom. mais c'était pas un nom de mec. C'était le nom de mon amie la plus proche qui est apparu dans mon esprit. La gêne n'a fait qu'augmenté, et je leur ai donné en guise de réponse un classique: "Je sais pas". Une autre fois, une conversation du même genre, je leur ai dit ceci: "Pourquoi ça devrait forcément être un mec?". Elle m'ont regardé avec un regard choqué, comme si c'était un tabou. Ces regards m'ont blessée et un profond malaise s'est installé au fond de moi jusqu'à la fin de la journée et pendant un bon moment. Je crois que je suis amoureuse de mon amie, répondant au nom de Ines, mais parfois, j'ai pas l'impression que c'est de l'amour. Mais pourtant, tout au long de l'année, j'ai voulu l'attraper, l'embrasser, j'ai recherché son contact, tout était prétexte à passer mon bras autour de ses épaules, à lui attraper le bras, à me rapprocher d'elle. Au collège, elle avait une amie d'une autre classe avec qui elle s'entends bien. Cette fille, j'ai commencé à agir bizarrement avec elle: je l’ignorais, lui lançais des regards assez menaçant lorsqu'elle s'approchait trop près de Ines. Et c'est comme ça tout le temps. Quand je vois Ines discuter au fond de moi, ce sentiment de rivalité revient au galop et je me glisse derrière Ines et son interlocuteur pour finalement me placer entre eux. Puis un jour, elle est partie en sortie avec le collège, moi j'y étais pas invitée. Tout au long de la journée, j'ai pas arrêté de penser à elle, de me sentir un peu comme vide, comme s'il manquait quelque chose. Et surtout, j'ai agi comme une associable avec les autres: je voulais pas les voir, je voulais pas leur parler, je voulais juste me barrer et retourner chez moi. Puis elle est revenue. Et là, j'ai recommencé à agir gentiment avec les autres, à leur parler normalement et j'ai souhaité que cette journée ne se termine pas. A la fin de l'année, après la dernière épreuve du brevet, je l'ai attendue à la sortie du collège. Je l'ai raccompagné jusque chez elle alors que j'habite à l'autre bout de la ville et que je fais jamais ça d'habitude. On n'a pas beaucoup parlé sur le chemin: on a parlé de l'année prochaine, du lycée, de comment c'était ces quatre années de collège. Je voulais pas que ça se termine. Puis, on est finalement arrivées devant son immeuble. On s'est souhaitées bonne chance pour le lycée, on s'est dit qu'on se verrait le week-end et pendant les vacances. On s'est fait un câlin, j'avais les larmes au bord des yeux. j'avais envie de l'embrasser, de lui dire un truc très important. Mais j'ai pas osé. Les faits qu'elle est musulmane, qu'elle soit probablement hétéro et qu'elle puisse me rejeter et me détester m'ont empêchée de le lui dire. Du coup, tout s'est fini dans un au revoir. J'ai dit un truc très important, car aujourd'hui encore, je doute de mes sentiments pour elle: est-ce de la simple amitié, du simple désir sexuel ou est-ce vraiment de l'amour?

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Ton orientation sexuelle se construit en toi, sans que tu en aies forcement conscience. Ce n’est pas un choix que tu fais, ça s’impose à toi et ça n’a rien d’anormal. Alors prends le temps de t’écouter et ne culpabilise pas.

Ça peut être lié aussi à une personne en particulier, être une simple expérience mais ça peut aussi révéler une préférence. Le plus important, c’est d’être bien avec toi-même, tes désirs, tes sentiments. Trouver une personne sur laquelle t’appuyer peut t’aider également.
Si tu ressens le besoin d’en parler, il existe des dispositifs d’écoute comme la Ligne Azur https://www.ligneazur.org/.
N'hésite pas à les contacter pour discuter avec eux de cette histoire.

Écrire un commentaire

21/08/2018 19:35

tobby

bonjour je pense de plus en plus que je suis bisexuel et j'ai envie d'en parler à mais plus proche amis mais je n'y arrive pas et j'en souffre de plus en plus svp aidez moi

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Bonjour,
Si tu as envie d'en parler et que tu te sens prêt, parles-en à une personne de confiance d'abord. Si tu te sens bloqué, discutes-en avec l'équipe de la Ligne Azur http://www.ligneazur.org/. Elle pourra t'aider à y voir plus clair et te donnera quelques conseils ;)

Écrire un commentaire

31/07/2018 00:55

soumis

bonjour , je m' appel jean - marc , je vie avec une femme , je lui ai avoué que j' étais bisexuel , je suis attiré par des hommes noirs de mon age ou plus vieux , je dit à tous ( filles ou garçons ) affiché que vous soyez lesbiennes , bi ou homo , on est tous des humains , je n' ai pas peur de dire que je me rase le sexe etc je vous embrasse tous

Répondre Écrire un commentaire