Quand on a une relation sexuelle, il peut arriver que le plaisir ne soit pas forcément au rendez-vous ou qu’il soit moins intense. Que la pénétration soit douloureuse, que l’éjaculation soit prématurée, que l’érection se fasse attendre, que l’on ne supporte pas d’être touché-e avant le rapport, ou encore d’autres difficultés… Ça arrive les premières fois, et puis ces difficultés s’aplanissent souvent à mesure qu’on découvre son corps et celui de son/sa partenaire.

plaisir_comme_prevu

La pénétration douloureuse

Une pénétration difficile ? Ça peut être un manque de lubrification dû au stress, à la peur ou à l’absence de désir . À des préliminaires trop hâtifs ou aux maladresses de son/sa partenaire. Mais aussi à une infection . Chez les filles,  ça peut être ce qu’on appelle le « vaginisme » : c’est une contraction involontaire du vagin qui rend la pénétration très douloureuse. Si ces problèmes durent, il ne faut pas hésiter à en parler avec un professionnel de santé : médecin généraliste, gynécologue , sage-femme , sexologue , dans un CPEF, etc. Des solutions existent, qui permettent d’avoir une sexualité plus épanouie.

Une excitation trop intense, une éjaculation trop rapide

Parfois, l’excitation est telle que l’éjaculation est rapide, trop rapide pour soi ou son/sa partenaire. Environ 37 % des hommes ont ce type de problèmes au cours de leurs premiers rapports. On est parfois submergé par les émotions, la culpabilité, et c’est difficile à contrôler. On a trop de désir , on découvre trop de sensations nouvelles… Apprivoiser son plaisir, le ralentir, ça s’apprend. Avec son/sa partenaire : en parler, mais aussi se détendre, avoir des relations sexuelles dans de bonnes conditions, se masturber   / être masturbé, pour apprendre à contrôler son éjaculation, à faire durer son plaisir.

Des « pannes » physiques ou psychologiques ?

Il peut arriver aussi qu’il n’y ait pas d’érection. Pourquoi ? Pour les mêmes raisons que l’éjaculation prématurée : l’émotion, la découverte, l’appréhension. Ça peut être psychologique, d’origine hormonale ou dû à un médicament. Si ça dure, il faudrait en parler à un médecin.

Parler librement de ses problèmes avec son/sa partenaire

Il est important de ne pas se forcer et d’en parler librement avec son/sa partenaire. Souvent, ça peut suffire à débloquer la situation. Le sexe, ce n’est pas uniquement la fusion des corps. Ça réclame un minimum de communication  quand on rencontre des difficultés.

 

Article mis à jour : 04/2016

Laisse ton commentaire

1 commentaire

12/03/2020 15:14

arno

Un élément essentiel sur l'éjaculation précoce dont on ne parle que très rarement :
le choix du préservatif change beaucoup de choses !
Si votre sexe est trop serré, il sera beaucoup plus difficile de ne pas éjaculer rapidement, car votre sexe sera beaucoup plus stimulé.

Trouver une marque de préservatif qui vous corresponde est essentiel.
Pour ça, il faut essayer, tout seul ou avec un partenaire.

Pour info, sur la plupart des boites, la largeur et longueur sont indiqués.
Des fois le confort peut se jouer à 1mm en largeur...

Pareil pour la lubrification, plus c'est lubrifié, plus c'est agréable, moins on jouit vite.
D'ailleurs, il faudrait normalement toujours utiliser un lubrifiant pour éviter les accidents de capote
(cf épisode "choisir son préservatif" podcast "les couilles sur la table")

Répondre Écrire un commentaire