À première vue, un sexe de garçon, ça peut paraître évident : un pénis et deux testicules, point barre.
Mais c’est bien plus compliqué que ça en a l’air ! « Pourquoi il bande ? » « Quelles sont les zones les plus sensibles ? » « Qu’est-ce qui provoque l’éjaculation ? » « C'est quoi, le sperme ? »
« Comment il se fabrique ? » Essayons d’y voir plus clair…

Les testicules, organes génitaux et de plaisir

Ce sont les glandes génitales masculines. Elles se trouvent à l’intérieur d’une membrane, le scrotum.
Chez la plupart des hommes, les testicules ne sont ni de la même taille, ni de la même forme.
C’est ici que se fabrique l’hormone qui donne les caractères masculins, la testostérone.
Elle est responsable, à la puberté, de l’apparition des poils, de la mue de la voix, qui se met à devenir grave, du développement des muscles.
C’est aussi l’hormone qui permet la fabrication des spermatozoïdes, qui a lieu au même endroit, dans les testicules. Mais les testicules ne sont pas que des petites usines à spermatozoïdes. Ils sont sensibles aux caresses, comme toutes les zones érogènes. Pendant le rapport sexuel, le scrotum durcit et soulève les testicules, qui grossissent.

La verge, comment ça marche ?

Le pénis est composé d’une tête, le gland, et d’un corps, la verge.
Elle est constituée de tissus, de muscles « lisses », d’artères, de veines, de nerfs, et surtout de trois colonnes : les deux corps « caverneux » et le corps « spongieux ». Quand il y a excitation, par des caresses ou parfois même par une pensée, le sang afflue dans les corps caverneux et spongieux : le pénis grossit, durcit et se redresse. C’est ce qu’on appelle l’érection. C’est tout le sexe qui réagit aux caresses, à la fellation, aux allers et venues dans le vagin ou l’anus.
Les garçons se préoccupent beaucoup de la taille de leur verge. Pourtant, elle importe peu quand il s’agit de plaisir. Ce n’est pas parce qu’elle est plus grosse ou plus longue, plus mince ou plus courte, qu’elle leur procurera, à eux ou à leur partenaire, plus ou moins de sensations.
Pourquoi ?  Le vagin est élastique, il s’adapte à la taille de ce qui le pénètre (doigts, pénis plus ou moins gros, sex toy) mais il est sensible, et au repos les parois du vagin sont collées. Quant à l’anus, c’est un orifice étroit qui se dilate très progressivement. Et surtout, il n’y a pas que la pénétration qui donne du plaisir ! Une foule d’autres choses peut en procurer : les caresses, la situation, le désir, l’attirance pour son/sa partenaire…

Le gland, le prépuce et le frein, zone hyper-sensible

On l’a dit, le gland, c’est la tête du pénis. Petite description : au repos, il est plus ou moins visible sous le prépuce qui le recouvre. Le gland est relié au prépuce par une petite bande de peau, le frein. Et à son sommet, se trouve une fente, le méat : c’est l’ouverture de l’urètre. Ce qui est le plus sensible dans le pénis, c’est le gland. Surtout le frein. Il s’y trouve beaucoup de nerfs. Cette zone très érogène peut être stimulée de plein de façons. Mais, attention, la peau est particulière à cet endroit : c’est une muqueuse. Ce type de peau est plus fragile.
Elle est plus sensible aux griffures, frottements, changements de température, et plus vulnérable aux bactéries, champignons ou virus. Sur le pénis, c’est par cette peau/muqueuse du gland que le VIH/sida se faufile le plus facilement dans le corps.
C’est dans le gland et dans l’urètre que se nichent les infections sexuellement transmissibles.
Donc c’est une zone dont il faut prendre soin, qu’il faut protéger et qu’il faut surveiller.

L’urètre : c’est par là que passe le sperme

C’est le canal par lequel passent, d’une part, l’urine, d’autre part, lorsqu’on est excité, le liquide pré-séminal,
et le sperme au moment de l’éjaculation. La nature est très bien faite : un système empêche d’uriner quand on éjacule et d’éjaculer quand on urine... L’urètre part de la vessie, traverse la prostate, puis le pénis pour aboutir, au sommet du gland, à une fente, le méat urétral.

L'anus, un orifice sensuel

Très innervé, il est sensible aux caresses. Il peut aussi être pénétré, avec beaucoup de délicatesse, car c’est un orifice très fragile. Sa paroi est très vulnérable aux infections sexuellement transmissibles, notamment au VIH/sida. Donc préservatif indispensable et, surtout, beaucoup de lubrifiant, parce que l’anus, contrairement au vagin, ne produit pas de lubrifiant naturel.

Une éjaculation = 250 millions de spermatozoïdes

Produits dans les testicules, les spermatozoïdes se mélangent à des liquides, fabriqués par deux glandes, pour donner le sperme. Au moment de l’orgasme, le sperme est expulsé par l’urètre.
C’est l’éjaculation. Elle libère, à chaque fois, plus de 250 millions de spermatozoïdes !
C’est aussi dans le sperme que l’on retrouve certains virus ou bactéries responsables d’infections sexuellement transmissibles, notamment le VIH/sida.
Mais attention ! L’éjaculation n’est pas le seul moment où des spermatozoïdes sont libérés. Il y en a aussi dans le liquide pré-séminal (le liquide qui sort du pénis quand on est excité).
C’est pour cela que la technique « du retrait » n’est pas fiable à 100 % pour éviter une grossesse.

Article mis à jour le : 12/02/2015

Envoyer Imprimer

LE SEXE DANS TOUS SES ETATS

Découvre l'anatomie des sexes des filles et des garçons !

OUTILS : cliquez-ici !
Envoyer Imprimer

Laisse ton commentaire

125 commentaires

12/05/2020 11:08

Inconnu

Merci Nicolas ! Oui moi j'ai commencé tôt ma puberté mais bon je crois pas qu'elle est finie !

Répondre Écrire un commentaire

08/05/2020 20:34

Inconnu

Au repos c 7 cm j'ai dérapé sur mon clavier...

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

;)

Écrire un commentaire

08/05/2020 20:18

Inconnu

Salut j'ai bientôt 13 ans mon pénis mesure 6 cm au repos et 14 en érection : c'est normal ? Merci.

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

La forme, la courbure et la taille du pénis diffèrent d'un garçon à l'autre, mais aussi quand il est au repos ou en érection. Après, la puberté se manifeste à des moments différents, selon les personnes. À chacun son rythme. Pas la peine de comparer. C’est comme ça. Il y a ceux et celles qui grandissent d’un coup, d'un seul. Leur croissance s’arrête alors. Et ceux et celles qui prennent quelques centimètres par an, mais qui vont grandir jusqu’à 21-22 ans. Normal. Lequel, laquelle sera le/la plus grand-e à l’arrivée ? Personne ne le sait.
Tu trouveras plus de conseils sur http://www.onsexprime.fr/Sexe-anatomy/Est-ce-que-je-suis-normal/Est-ce-que-je-suis-normal

Écrire un commentaire

02/04/2020 11:05

pedro le plot

est t il normal de vouloir branler des personnes plus petite que soient pour leur apprendre?

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Si tu as 15 ans et que lui ou elle en a 14, rien n'interdit votre relation. Mais il faut que soyez tous les deux d'accord et que vous en ayez vraiment envie.Tu trouveras plus d'informations sur http://www.onsexprime.fr/Sexe-Droits/Majorite-sexuelle/Majorite-sexuelle

Écrire un commentaire

perdro le plot

de 1 ans

Écrire un commentaire

Nicolas d'

Plus petites en taille ou en âge ?

Écrire un commentaire

08/03/2020 20:04

blabla

est ce que le frein chez le penis peut casser

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

Oui, cela peut arriver.

Écrire un commentaire

28/02/2020 17:39

que faire

bonjour. J'ai quatorze ans. je ne suis pas circoncis. Avec mes amis, on parle souvent de sexe, on se les compare dans les vestiaires etc... Mais le problème, c'est que j'ai l impression qu il y a une anomalie sur mon pénis. Mon frein, la partie qui relie le gland au prépuce par le bas tire beaucoup lorsque je suis en érection. Il est très tendu lorsque je bande et je n'ai jamais réussi à décalotter mon zizi complètement. DE plus, la peau à côté du frein et encore collée au gland. J'ai un peu peur que ce soit un défaut ou une malformation. Est ce normal et est ce que ça va s'arranger avec le temps ?????

Répondre Écrire un commentaire

Nicolas d'

C'est peut-être un phimosis. Dans la grande majorité des cas (oui, c’est un problème assez répandu !), c’est parce que le prépuce est trop étroit ou que le frein est trop court. Décalotter devient alors compliqué, même douloureux. Surtout, tu ne dois pas forcer ! Le mieux, c’est d’aller voir un médecin. Il te dira quel est le meilleur traitement dans ton cas. Parfois, une toute petite intervention chirurgicale est nécessaire.

Écrire un commentaire